Vous êtes

Sélectionner

Préparer les forêts au changement climatique

Automne sur Belledone © G. Loucougaray / Irstea

03/12/2018

La COP24 se tient cette année du 3 au 14 décembre en Pologne et a pour objectif de garantir l’application de l’Accord de Paris sur le climat adopté en 2016. Plusieurs travaux de recherche d’Irstea ont pour objet l’adaptation des écosystèmes au changement climatique et leur contribution à son atténuation. Zoom sur le projet REFORCE, qui cherche à comprendre comment les forêts mettent en place des mécanismes de résilience face aux aléas climatiques.

L’objectif principal de la 24ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ou COP 24, qui se tient cette année du 3 au 14 décembre en Pologne, consiste à finaliser les lignes directives garantissant l’application de l’Accord de Paris sur les changements climatiques adopté suite à la COP 21. Au cours de ce sommet sur le climat, la Pologne tient également à montrer comment la neutralité en termes d’émissions de gaz à effet de serre, autrement dit un équilibre entre les émissions de CO2 et sa séquestration par les sols et les forêts, peut être atteinte.

Le projet REFORCE, lancé en 2017, s’inscrit pleinement dans ces objectifs de limitation des impacts du changement climatique. Il est de plus en plus évident que les forêts seront touchées de façon notable : les modifications de températures, de précipitations et de concentration de CO2 atmosphérique, couplées à des événements météorologiques extrêmes (tempêtes, incendies), pourraient compromettre leur capacité à maintenir leurs fonctions. Les services qu'elles rendent à la société comme la production de bois ou la séquestration du carbone en seraient également affectés. Face à ces dérèglements, le concept de résilience des forêts, c’est-à-dire leur résistance et leur capacité de récupération, suscite un intérêt croissant. Ce concept est cependant encore rarement pris en compte dans les modes de gestion forestière, en partie à cause d’un manque de compréhension du phénomène. Le projet REFORCE, coordonné par le centre Irstea de Grenoble et qui rassemble 8 partenaires en Europe et au Canada, a pour objectif de combler ces lacunes et d’encourager une gestion forestière favorisant la résilience.

Comment les forêts résistent-elles au changement climatique ?

Dans le but de comprendre les mécanismes de résilience des forêts, des mesures de télédétection associées à l'état de la végétation sont exploitées pour cartographier la dynamique des forêts. « Nous utilisons plusieurs indicateurs, pour l’activité photosynthétique, la teneur en humidité ou la température de surface, et mesurons comment ces valeurs évoluent au cours du temps, le but étant d’obtenir une vision des forêts et de leur résilience à l’échelle continentale sur les 15 dernières années », explique Björn Reineking, chercheur au centre Irstea de Grenoble et coordinateur du projet. Cartographie en main, les chercheurs se penchent ensuite sur les mécanismes écologiques responsables de la résilience. Deux aspects particulièrement importants pour la gestion sont ici examinés : la résilience à court terme des essences composant les forêts actuelles face aux sécheresses, et la résilience à long terme face à un changement climatique graduelle qui se traduit principalement par un changement de composition des forêts. Grâce à des simulations, les scientifiques examinent la réponse des arbres en termes de colonisation et d’extinction – quelles essences se propagent et lesquelles disparaissent – et son lien avec la qualité climatique de l’habitat.

Adapter la gestion des forêts pour une meilleure résilience

Afin de préparer concrètement les forêts du futur, il est essentiel de déterminer quels modes de gestion peuvent promouvoir une meilleure résilience. « Nous évaluons, à l’aide de simulations de la dynamique forestière et d’analyses économiques, comment il est possible de réagir en termes de gestion pour minimiser l’impact du changement climatique. Toutes les forêts ne sont pas touchées de la même manière : ces informations permettent d’adapter les modes de gestion là où c’est nécessaire et efficace », précise Björn Reineking.

EInterview avec un gestionnaire forestiern parallèle, les chercheurs, via des entretiens sur le terrain, visent à mieux comprendre les options et les facteurs de décision des gestionnaires forestiers et donc le rôle qu’ils peuvent jouer pour promouvoir la résilience. La mise en œuvre d’une gestion de la résilience est encouragée en favorisant une communication efficace et un transfert des connaissances entre les scientifiques et les décideurs.

 

 

 

 

Des innovations méthodologiques au service des politiques publiques

A terme, le projet REFORCE apportera des innovations méthodologiques qui auront une importance majeure pour plusieurs politiques publiques. Il est totalement en phase avec plusieurs stratégies nationales d’adaptation au changement climatique, notamment en France, en Slovénie ou en Autriche. Concrètement, la cartographie de la résilience des forêts aidera à prioriser les zones pour la mise en place de mesures d'adaptation et de programmes de surveillance et les stratégies d'aménagement proposées permettront de définir des lignes directrices d'adaptation pour les gestionnaires forestiers.

Fiche d’identité du projet Reforce
  • Nom : Reforce - REsilience mechanisms for risk adapted FORest management under Climate changE
  • Partenaires : KU Leuven (Belgique), Institut de recherche sur les impacts du climat, Potsdam (Allemagne), Université de Regensburg (Allemagne), Institut Slovène de la Forêt (Slovénie), Université des Ressources Naturelles et Sciences de la Vie (Autriche), Université de Vigo (Espagne), Université Suédoise des Sciences Agricoles (SLU) (Suède), Université de Sherbrooke (Canada)
  • Dates : 2017-2020
  • Montant du financement : 776 250 €
  • Type de projet : Projet européen ERA-NET, partie du dispositif SUMFOREST
En savoir plus