Vous êtes

Sélectionner

10 projets Irstea sélectionnés par l’ANR en 2018

Récupération de systèmes d'encagement dans une rivière. Test in situ sur gammares © Labo d'ecotoxicologie Lyon

04/09/2018

L’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a rendu public les premiers résultats de son Appel à projets générique (APPG) 2018, qui offre des financements pour la recherche scientifique. Dix projets soumis par Irstea ont été sélectionnés, dont trois sont directement coordonnés par ses équipes de recherche du centre Irstea de Lyon-Villeurbanne.

Répondre aux défis environnementaux actuels

Dans un contexte de changement global au niveau démographique, économique et climatique, la gestion de la ressource en eau et des risques naturels est cruciale. Les 3 projets menés par Irstea et choisis par l’ANR – nommés APPROve, DEAR et DEUFI – ont pour objectif de répondre à ces enjeux environnementaux sous différents angles et visent à développer des solutions et des outils concrets. La contribution financière de l’ANR représente un soutien précieux pour ces projets et témoigne de la qualité des programmes de recherche conduits par les équipes d’Irstea et de leur pertinence par rapport aux défis sociétaux actuels.

Mieux surveiller la qualité de l’eau

Le projet APPROve (Integrated Approach to Propose PRoteomics for environmental biomonitoring accumulation, fate and multi-markers), a pour but de développer des biomarqueurs permettant de détecter la présence de polluants dans l’environnement et leur impact sur diverses fonctions physiologiques chez les invertébrés. Ce genre de biomarqueurs est essentiel pour évaluer la qualité de l’eau et prédire le risque toxique potentiel. Or, les biomarqueurs actuellement utilisés chez les invertébrés ne sont pas pertinents. Durant ce projet, les scientifiques vont conduire une étude de faisabilité avec des métaux afin de pouvoir décrire et comprendre le devenir des contaminants chez leur espèce sentinelle, Gammarus fossarum (une petite crevette).

Une fois validée pour les métaux, cette approche pourra être étendue à d’autres molécules, comme les pesticides ou d’autres contaminants.

Comprendre les rivières pour prévenir les inondations

Les rivières alpines sont souvent caractérisées par un transport solide important, en particulier de sédiments fins comme l’argile, les limons et les sables. Les dépôts successifs de ces matériaux fins sur les bancs de galets et la croissance de la végétation accroît sur les moyen et long termes le risque d’inondation. L’objectif du projet DEAR (Erosion et dépôt des sédiments fins dans les rivières alpines) est de reproduire et prédire la dynamique des sédiments fins en lien avec la végétation sur les bancs de galets. Ces travaux permettront de proposer des outils et recommandations pour une meilleure gestion des rivières alpines et limiter les dépôts de sédiments fins sur les bancs de galets afin de prévenir les inondations.

Evaluer le risque des inondations urbaines

Bien que les inondations urbaines soient largement étudiées, le comportement de l’eau circulant entre les rues et les bâtiments n’est que peu documenté. Le projet DEUFI (Détails de l’impact des inondations urbaines) a pour but de comprendre les caractéristiques et les impacts des inondations urbaines à l’échelle du bâtiment et de l’individu. Le projet aboutira à des méthodes améliorées de simulation des inondations urbaines capable d’estimer l’intrusion d’eau dans les zones bâties, d’évaluer le risque sur la population et les dommages matériels. Il sera ainsi possible de proposer des recommandations sur les meilleures méthodes à mettre en œuvre pour la prévention et l’évacuation, en lien avec la perception des citoyens et leur attitude pendant des inondations de courte durée.

En savoir plus