Vous êtes

Sélectionner

Christian Ginisty, nommé correspondant des questions forestières à Irstea

30/06/2017

Thématique identitaire d’Irstea, la forêt est au cœur de plusieurs unités et thèmes de recherche de l’institut. Pour mieux coordonner et valoriser ces travaux auprès des acteurs publics et privés, Jean-Marc Bournigal, président d’Irstea, a nommé Christian Ginisty correspondant des questions forestières pour l’établissement, à compter du 1er juillet 2017. 

Dans le cadre de cette mission, Christian Ginisty veillera à la cohérence des activités de l’établissement sur les sujets forestiers, au regard des orientations stratégiques d’Irstea :  

  • Bioéconomie dans les territoires
  • Analyse des dynamiques spatiales
  • Modélisation des dynamiques des écosystèmes
  • Adaptation des territoires au changement global

Il veillera également à la valorisation des travaux Irstea auprès de ses partenaires publics et privés, en particulier dans le cadre du Plan Forêt Bois Innovation 2025 et du Plan National Forêt-Bois du ministère de l’agriculture.

Ingénieur de recherche, et directeur du centre Irstea de Nogent-sur-Vernisson de 2014 à 2017, Christian Ginisty a développé depuis une trentaine d’années des travaux sur la forêt, en particulier sur la modélisation de la croissance des peuplements forestiers, avec des applications directes en gestion forestière. Ainsi le projet OPTMix qu’il a initié en 2011 est un dispositif unique d’observation et d’expérimentation en forêt de plaine pour tester les effets de stratégies sylvicoles (diminution de la densité du peuplement, augmentation des mélanges d’essences) envisagées dans le cadre de l’adaptation au changement climatique. Le dispositif étudie aussi la pression des ongulés sauvages sur la régénération forestière.

Son étude sur l’évaluation de la biomasse forestière mobilisable pour de nouveaux débouchés énergétiques et industriels, menée à la demande du Ministère de l’Agriculture dans les années 2000, a par ailleurs jeté les bases des objectifs de l’État en matière de récolte de bois, dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Il a contribué par la suite, à l’une étude prospective évaluant les conséquences d’une utilisation accrue de la biomasse forestière sur la biodiversité́ et les ressources naturelles, à court et moyen terme (2030-2050).1

Cette nouvelle mission entrera en vigueur le 1er juillet 2017. 

En savoir plus 

La disponibilité de biomasse dans les forêts françaises (Chapitre 5 de l'étude BIO2 Biomasse et biodiversité forestières), étude menée à la demande du ministère de l’écologie, 2009