Vous êtes

Sélectionner

Ingénierie écologique - Le vivant en action

Publié le 16/06/2014

Seuil planté de végétation destinée à piéger les sédiments station expérimentale de Draix © Irstea / C. Tailleux

Et si les écosystèmes avaient voix au chapitre dans les projets de développement des territoires ? Et s'ils devenaient de précieux alliés de l'homme pour réparer, dépolluer les milieux dégradés, prévenir les risques naturels etc.? C'est ce que défendent les promoteurs de l'ingénierie écologique, un concept né dans les années 60 aux Etats-Unis, aujourd'hui en plein essor dans de nombreux pays et en particulier en France. Son principe ? Utiliser le vivant, animal et végétal, pour gérer, restaurer, créer ou préserver les écosystèmes de manière efficace et économique, tout en respectant l'environnement.

En France, le concept d'ingénierie écologique a donné lieu dans les années 90 à un programme de recherche du Ministère de l'Ecologie baptisé "Recréer la nature", auquel Irstea a participé. Il a été suivi en 2007 par le lancement d'Ingeco, un autre programme scientifique piloté par Irstea et le CNRS. A son issue en 2011, Ingeco a permis de financer près de 85 projets, dont 11 portés par les chercheurs de l'institut.

En parallèle, les experts se mobilisent pour mieux définir les contours et les buts de l'ingénierie écologique. Une nouvelle définition du concept émerge alors :

Une ingénierie faite pour l'essentiel "par et pour le vivant".

"Le terme 'par le vivant' est là pour inciter les chercheurs à utiliser les principes de l'écologie, la connaissance du vivant et de ses fonctions pour atteindre leur objectif. L'expression 'pour le vivant' indique, quant à elle, que la finalité est bien souvent écologique – la restauration d'un milieu dégradé par exemple", explique Freddy Rey, écologue à Irstea et coordinateur de l'ouvrage "Ingénierie écologique – Action par et/ou pour le vivant", paru aux éditions Quae en 2014. "Mais la finalité peut être aussi économique et sociale. Un ouvrage de génie biologique pour consolider les berges ou lutter contre l'érosion est par exemple moins onéreux à installer et à gérer qu'un  aménagement de génie civil. Il s'intègre aussi plus facilement dans le paysage", poursuit-il.   

Aujourd'hui, la restauration des écosystèmes et de leur fonctionnement, ainsi que le développement d’innovations "pour et par la biodiversité", figurent parmi les 20 objectifs de la Stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020. Irstea peut s'enorgueillir d'être dans la course, si l'on considère les résultats encourageants de ses recherches en ingénierie écologique pour se protéger des risques naturels, créer plus de biodiversité ou dépolluer les eaux agricoles. 

 

Irstea partenaire du Centre de ressources sur le génie écologique

En 2010, le Ministère en charge de l’Environnement a identifié la filière génie écologique comme l’une des 18 "filières industrielles stratégiques de l’économie verte". Différentes actions de structuration de la filière se mettent alors en place, aboutissant fin 2015 à la mise en ligne du Centre de ressources sur le génie écologique.

Une plateforme web collaborative à destination des gestionnaires d’espaces naturels, bureaux d’études, scientifiques, collectivités et autres acteurs de la biodiversité. Objectifs : mutualiser les bonnes pratiques, centraliser les ressources, partager les retours d’expérience et faire le lien avec les dynamiques régionales en cours.

L’ingénierie écologique est un élément identitaire fort d’Irstea. Freddy Rey, directeur de recherche à Irstea, est ainsi membre du comité scientifique et technique qui réunit une douzaine de scientifiques et représentants d’entreprises pour conseiller et valider les contributions mises en ligne sur la plateforme. Consulter le site.

 

Publications références

L'ingénierie écologique appliquée aux milieux aquatiques

Ouvrage coordonné par l’Association scientifique et technique de l’eau et de l’environnement (ASTEE)

Ingénierie écologique : action par et/ou pour le vivant ?

Ouvrage coordonné par Irstea aux éditions Quae

L'ingénierie écologique au service de l'aménagement du territoire

Revue Sciences, Eaux et Territoires (la revue d'Irstea) n°16 - juillet 2015